Ce weekend, En Afrique du Sud, le président Cyril Ramaphosa annonçait la levée des restrictions sur les ventes de produits alcoolisés ainsi que de cigarettes, imposées respectivement depuis le 13 juillet puis le 23 mars dernier. 

Cette nouvelle mesure fait partie d’une politique de déconfinement progressive dans le pays qui est, depuis le début de la pandémie, le plus touché d’Afrique.

La décision de l’exécutif sud-africain permet aux industriels de sortir la tête de l’eau. Ceux-ci plaidaient leurs causes depuis plusieurs semaines, car la restriction était jugée « néfaste » pour les affaires. Zoleka Lisa, vice-présidente des opérations chez SAB, qui est une importante brasserie locale, affirma : « La suppression de l’interdiction de vente d’alcool intervient comme un véritable soulagement pour nos activités et pour l’industrie d’une manière générale. Les moyens de subsistance de plus d’un million de personnes dépendent de l’industrie des produits alcoolisés ».

Á ce jour, cette crise sanitaire a couté 3,3 milliards de rands et 117 000 emplois à l’industrie du vin (d’après les estimations d’Agri South Africa) ainsi que plusieurs milliards de rands à l’exécutif en termes de recettes fiscales.

(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) {return;} js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect.facebook.net/fr_FR/all.js#xfbml=1"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, "script", "facebook-jssdk"));