L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), en accord avec le comité directeur de l’essai clinique « Solidarity » a décidé d’interrompre les volets de l’essai clinique basés sur les  tests de l’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir. Cette étude a été mise en place par l’OMS dans l’optique de trouver une solution efficace pour les patients hospitalisés du fait de la COVID-19.

Cette décision de l’organisation onusienne repose sur les données recueillies lors du traitement par hydroxychloroquine ou par lopinavir/ritonavir contre les soins standard prodigués, et aussi en tenant compte de l’analyse des données provenant de toutes les études cliniques présentées à l’occasion du Sommet sur la recherche et l’innovation concernant la COVID-19, qui s’est tenu des 1er et 2 juillet 2020.

« Ces résultats provisoires montrent que l’hydroxychloroquine et le lopinavir/ritonavir n’entraînent que peu ou pas de réduction de la mortalité des patients atteints de COVID-19 hospitalisés, par comparaison aux soins standard ». 

Sur chaque molécule testée, les résultats ne sont pas concluants. Cependant cette étude a permis de mettre en lumière quelques signaux de sécurité qui feront l’objet d’une attention particulière dans la publication qui sera faite dans une revue à comité de lecture.

Il convient toutefois de rappeler que la décision de l’OMS s’applique exclusivement à la poursuite de l’essai « Solidarity » chez les patients hospitalisés et que celle-ci n’impacte en aucun cas l’évaluation future, de l’hydroxychloroquine ou de l’association lopinavir/ritonavir comme options thérapeutiques chez les patients non hospitalisés ou en prophylaxie pré- ou post-exposition de la COVID-19.

(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) {return;} js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect.facebook.net/fr_FR/all.js#xfbml=1"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, "script", "facebook-jssdk"));