Les craintes sur l'efficacité limitée des anticorps contre le nouveau coronavirus viennent d’être confirmées. Le lundi dernier, les chercheurs de l’université de Hong Kong ont annoncé, ce qui semble être le premier cas de réinfection à la COVID-19 chez l’être humain. 

En effet, un habitant de la région a été à nouveau infecté par la COVID-19, quatre mois après sa guérison. Âgé de 33 ans, ce patient a été testé positif une deuxième fois après son retour d'Espagne via un transit au Royaume-Uni. Les chercheurs ont indiqué que l'homme a été contaminé par une souche différente de sa première infection et il n'a développé, pour l’instant, aucun symptôme.

La maladie est-elle susceptible de ce propager malgré l’immunité de groupe ? Telle est la question qui se pose actuellement. Cependant, l’un des auteurs de l’étude, le docteur Kai-Wang To tient à rassurer : "Cette découverte ne signifie pas que la vaccination sera inutile". Il rajoute : "L'immunité induite par la vaccination peut être différente de celle d'une infection naturelle."

Tout comme le patient de Hong Kong, des cas de personnes testées positives une seconde fois ont été signalés en Chine. Mais il est tout à fait possible d’être en présence de cas ou le virus était toujours présent dans leur corps après l'infection initiale.

En attendant, cette pandémie qui a fait plus de 800 000 morts dans le monde, continue de sévir et certaines nations retournent au confinement.


 

(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) {return;} js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect.facebook.net/fr_FR/all.js#xfbml=1"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, "script", "facebook-jssdk"));